Ms215 - Le Roman comique d’Oyharçabal et d’América (1928) - Ms525 (Pau)

 

Télécharger le Ms 215 en PDF

Ms 215, Médiathèque Orthez

Manuscrit autographe (65 ff. dim : 27 x 21 et 8 ff. dim : 22 x 16,5), non signé. La date du début de rédaction (mars 1928) est notée au crayon en haut et à droite sur la page du Prélude encore intitulé « La chanson du vieux poète » (le titre définitif sera : « La chanson basque »). Encre et crayon. Nombreuses corrections. Ce manuscrit appartenait à l’Association Francis Jammes qui l’a cédé à la Médiathèque Jean-Louis Curtis d’Orthez.

Le poème, car ce « Roman » est un poème, comporte 146 strophes de six vers décasyllabiques holorimes. Il est composé de trois Chants. Le Chant I est consacré à la patrie que Michel Oyharçabal a dû quitter à vingt ans, poussé par « la Misère » et par de mirifiques promesses. On notera l’anaphore (« Il a quitté ») et ce cri qui fut en effet celui de beaucoup de Basques (et de Béarnais, de Pyrénéens d’une façon générale) : « - Où je m’en vais ? Je vais aux Amériques ! »

Les deux Chants suivants décrivent les aventures mexicaines de l’ancien petit pâtre d’Ayherre. Ces aventures sont évidemment de tous ordres, y compris sentimentales. Désormais riche et respecté, Oyharçabal séduit América, la fille aînée et magnifique d’un Crésus local. Il n’en reste pas moins attaché à son pays natal, à tout ce qui peut le lui rappeler, en particulier à tous ceux qui l’ont quitté pour aller aux Amériques. Ces Basques de l’exil sont longuement évoqués au Chant III et aussi Kattiche, la très gracieuse fille de Jean-Baptiste Berducco chez qui Oyharçabal aime à se ressourcer. Choisira-t-il « América, richissime banquière, / Ou bien Kattiche, une pauvre épicière » ? Lors d’une expédition dans la forêt vierge, notre héros est enlevé par un immense oiseau appelé le Porte-Mort. América le sauve mais le fier Oyharçabal ne lui accorde rien en échange.

 

Un second manuscrit (Ms 525) du même texte est conservé à Pau (L’Usine des Tramways). Il fait partie du Fonds Jean Labbé. Il est postérieur au manuscrit d’Orthez et beaucoup plus lisible. C’est, acheté à Bayonne, Librairie-Papèterie F. Forest, un cahier d’écolier vert que Jean Labbé a protégé dans un coffret vert émeraude et or réalisé à Paris. Il comporte 39 pages (les pages 35 et 36 sont vierges, les deux dernières ne sont pas numérotées) et s’ouvre sur deux moutures d’une intéressante Préface. Jammes y revendique un « art primitif » débarrassé de toutes les « conventions d’écoles » et de ce qu’il est convenu d’appeler « le bon goût ». Il sait que beaucoup ne le comprendront pas et tiendront ses « Vers pour des Vers de mirliton ». C’est, explique-t-il, parce qu’il tient les caricatures « pour les seuls portraits réussis », qu’il a adjoint l’adjectif « comique » au titre (le manuscrit de Pau en fait foi). Quant au rythme et aux rimes, ils s’imposaient puisque la parole de l’homme primitif fut un chant. Jammes précise qu’il a « fait vivre un Basque et des Américains » sans « souci de peindre une époque trop déterminée ». Le poète se fait enfin gloire d’avoir parlé « une langue qui est celle du peuple, immortelle et savoureuse, la langue de la vérité qui choque les littérateurs. »

Coffret vert émeraude et or
Médiathèque A. Labarrère Pau, cote Ms525

Préface
Médiathèque A. Labarrère Pau, cote Ms525

Page intérieure
Médiathèque A. Labarrère Pau, cote Ms525

 Télécharger le Ms 525 en PDF

L’Association Francis Jammes a publié Le Roman comique d’Oyharçabal et d’América en novembre 1988 à l’occasion du centenaire de la mort de Francis Jammes. Le texte est précédé d’un avant-propos d’Yves-Alain Favre et illustré par Mattin Partarrieu. Le poème a ensuite été publié en 2006, dans l’Œuvre poétique complète (OPC), pp. 1478-1504.

Le Roman comique d’Oyharçabal et d’América, édité par l'Association F. Jammes Orthez en 1988

Ah ! Ce n'est pas, sur ton petit cheval. (strophe 29)

Pour c'en cacher, elle ouvre l'éventail (strophe 63)

 

Jacques Le Gall