Ms452/09 - Voici le grand azur (1897)

 

 

Manuscrit (4 ff. : dim : 30 x 20), daté et signé. Encre. Acquis en 1949. Le poème a été recopié par une autre main que celle de Jammes…

Lors d’un déjeuner chez Jean Labbé, au château d’Orion, Bernadette Jammes a formellement reconnu l’écriture de Mamore dans les quatre pages de cet émouvant manuscrit. Sur Mamore (Eugénie Lassague de son vrai nom), Jean Labbé donne les informations suivantes : « Recommandée par Jammes à son ami Arthur Fontaine, après sa rupture avec le poète, elle se retira, boulevard Saint-Michel […]. Malade, opérée dans de tristes conditions, cette malheureuse devint par la suite, m’a confié Mme F. J., la maîtresse de Pierre de Nolhac. Un jour le poète, tout ému, apprit à sa femme que Mamore était morte : ”Eh bien”, lui répondit simplement Mme Jammes, ”il faudra prier pour Mamore” ».



Quelques corrections de la main de Jammes ont été ajoutées à la copie du Ms 452 : la dédicace à Eugène Carrière, des majuscules, quelques mots raturés, la signature et la date biffée ainsi que la mention « Orthez. Basses-Pyrénées ».

M. Gilbert Bon, à Decazeville possédait (note le collectionneur Jean Labbé) le manuscrit autographe de ce poème.

Un magnifique poème. Tout le vieil Orthez un jour de marché, tout l’été dans « la petite ville » sont là : sa mairie carrée avec sa vieille horloge « qui retarde toujours même lorsqu’elle avance », son foirail et ses « noires petites rues », son cimetière « à la tristesse gaie », son clocher « tout fleuri d’hirondelles », sans oublier tous ses habitants, ses paysans, ses artisans, ses commerçants, ses jeunes filles et ses enfants, ses animaux et les choses qui parlent au poète… « Voici… »

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


Écouter la lecture musicale (thème 2, titre 9)

 

Jacques Le Gall