Bibliographie des traductions d’œuvres de Francis Jammes

 

 

Le rayonnement à l’étranger de Francis Jammes a commencé dès le début du XXème siècle et il se poursuit. Les traductions de ses œuvres ont été et sont encore fort nombreuses. Surtout, mais pas seulement, en Allemagne et au Japon : en Allemagne, les premières traductions ont vu le jour en 1919, juste après la première Guerre Mondiale et, à l’Université Albertus de Koenigsberg, Alfred Schilla lui consacra, dix ans plus tard, le premier travail universitaire connu (Francis Jammes unter besonderer Berücksichtigung seiner Naturdichtung – Günthers Buchdruckerei, Saalfeld Ostpr.), suivi, en 1936, par Maria Ewald (Francis Jammes und der franziskanische Geist – Bochum) ; au Japon, Jammes a été traduit une première fois dès 1925, mais redécouvert et définitivement adopté après la seconde Guerre Mondiale. Est-ce tout à fait un hasard si traducteurs puis lecteurs se sont tournés vers le poète au lendemain des deux guerres qui ont ensanglanté le monde ?

Les 7 et 8 octobre 1993, l’Association Francis Jammes et le Centre de Recherche sur la Poésie Contemporaine de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour organisaient un colloque international intitulé Le Rayonnement international de Francis Jammes. Les travaux publiés sous ce titre (Biarritz, J&D Éditions, 1995) montrent que bien d’autres pays que l’Allemagne et le Japon se sont intéressés à l’œuvre du poète d’Orthez.

La bibliographie qui suit a été réalisée à partir des catalogues en ligne des principales bibliothèques nationales, mais aussi des travaux présentés à Pau et Orthez en 1993. Elle ne prétend pas à l’exhaustivité. Sauf cas particuliers, elle ne répertorie que des livres, alors que nombre de poèmes et textes en prose de Francis Jammes ont également été traduits et publiés dans des revues étrangères.

 

Langues germaniques

  • allemand
  • anglais
  • néerlandais
  • suédois


Langues slaves

  •  croate
  •  letton
  •  polonais
  •  russe
  •  tchèque
  •  slovaque
  •  slovène


Langues finno-ougriennes

  •  finnois
  •  hongrois


Langues romanes

  •  catalan
  •  espagnol
  •  galicien
  •  italien
  •  occitan
  •  portugais
  •  roumain


Autre langue indo-européenne

  •  grec


Langues asiatiques

  •  chinois (en cours de réalisation)
  •  coréen (en cours de réalisation)
  •  japonais




 

 

LANGUES GERMANIQUES


ALLEMAND
(Allemagne, Suisse, Autriche)

Avant de proposer l’inventaire qui suit, il convient de citer Rainer Maria Rilke (1875-1926). Le 11 août 1904, le futur auteur de Vergers et des Quatrains valaisans envoie à Jammes un exemplaire de ses Cahiers de Malte Laurids Brigge. Il lui écrit :

Monsieur,

Un homme qui tous les matins lit dans vos livres sent le besoin de vous remercier. Il ne sait pas comment. Il lui vient l’idée de vous offrir un des livres qu’il a écrit lui-même. Il le fait. Mais en ce moment, au lieu de vous remercier, il doit vous prier une grande grâce. Car le livre est allemand et vous ne pouvez le lire. Voulez-vous néanmoins l’accepter et lui donner une place pas loin de vous ? Vous qui êtes si bon envers les choses, vous le ferez peut-être et vous comprenez que ce serait une grande joie pour celui qui n’a pu vous remercier.

 

C’est que les Cahiers de Malte Laurids Brigge contiennent cette page inoubliable :

[…] Vous ne savez pas ce que c’est qu’un poète ? Verlaine… Rien ? Pas de souvenir ? Non. Vous ne l’avez pas distingué de ceux que vous connaissiez. Vous ne faites pas de différence, je sais. Mais c’est un autre poète que je lis, un qui n’habite pas Paris, un tout autre. Un qui a une maison calme dans la montagne. Qui sonne comme une cloche dans l’air pur. Un poète heureux qui parle de sa fenêtre et des portes vitrées de sa bibliothèque, lesquelles reflètent, pensives, une profondeur animée et solitaire. C’est justement ce poète que j’aurais voulu devenir ; car il sait tant de choses sur les jeunes filles, et moi aussi j’aurais su tant de choses sur elles. Il connaît des jeunes filles qui ont vécu voici cent ans ; peu importe qu’elles soient mortes, car il sait tout. Et c’est l’essentiel. Il prononce leurs noms, ces noms légers, gracieusement étirés, avec des lettres majuscules enrubannées à l’ancienne mode, et les noms de leurs amies plus âgées où sonne déjà un peu de destin, un peu de déception et de mort. […] Ô sort bienheureux de qui est assis dans la chambre silencieuse d’une maison familiale, entouré d’objets calmes et sédentaires, à écouter les mésanges s’essayer dans le jardin d’un vert lumineux, et au loin l’horloge du village. Être assis et regarder une chaude traînée de soleil d’après-midi, et savoir beaucoup de choses sur les anciennes jeunes filles, et être un poète. Et dire que j’aurais pu devenir un tel poète, si j’avais pu habiter quelque part, quelque part en ce monde, dans une de ces maisons de campagne fermées où personne ne va plus.

 

Almaïde d’Étremont

  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, Hellerau : Hegner, 1919, 114 p.
  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, Hellerau : Hegner, 1927, 104 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Leipzig : Hegner, 1932, 261 p. (rééd. en 1933)
  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, Leipzig : Hegner, 1935, 98 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Olten : Summa-Verlag, 1948, 238 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Köln : Hegner, 1950, 238 p.
  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, Köln : Hegner, 1951, 106 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Frankfurt am Main ; Hamburg : Fischer Bücherei, 1953, 181p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Köln ; Olten : Hegner, 1954, 114-106-96 p.
  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, ill. par Richard Seewald, Köln ; Olten : Hegner, 1955, 79 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Felix Grafe, Zürich : Buchclub Ex Libris, 1957, 114-106-96 p.
  •  Almaide oder der Roman der Leidenschaft eines jungen Mädchens, trad. par Felix Grafe, Zürich : Sanssouci-Verlag, 1975, 87 p. : ill.


[Anthologie]

  • Das Paradies : Geschichten und Betrachtungen, trad. de Emil Alphons Rheinhardt, Leipzig : Wolff, 1919, 77 p.
  • Regung des Herzens, choix d’œuvres établi par Alfred Kumpf, Leipzig : St.-Benno Verlag, 1965, 259 p. N°2
  •  Gebet, mit den Eseln ins Himmelreich einzugehen, trad. par Ernst Stadler et Hannelise Hinderberger, Zürich : Verlag der Arche, 1980, 84 p. (édition bilingue)



Clara d’Ellébeuse

  •  Klara oder Der Roman eines jungen Mädchens aus der alten Zeit, trad. par Jakob Hegner, Hellerau : Hegner, 1921, 152 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Leipzig : Hegner, 1932, 261 p. (réed. en 1933)
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1948, 238 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Köln : Hegner, 1950, 238 p.
  •  Klara oder Der Roman eines jungen Mädchens aus der alten Zeit, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1951, 114 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Frankfurt am Main ; Hamburg : Fischer Bücherei, 1953, 181p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Köln ; Olten : Hegner, 1954, 114-106-96 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Buchclub Ex Libris, 1957, 114-106-96 p.
  •  Clara oder die Geschichte eines jungen Mädchens aus alter Zeit, trad. par Hannelise Hinderberger, Zürich : Sanssouci, 1974, 112 p. : ill.


Cloches pour deux mariages

  •  Hochzeitsglocken oder Der baskische Himmel und Marie, trad. par Jakob Hegner, Leipzig : Hegner, 1934, 230 p.
  •  Hochzeitsglocken oder Der baskische Himmel und Marie, trad. par Jakob Hegner, Köln : Hegner, 1951, 194 p.
  •  Hochzeitsglocken oder Der baskische Himmel und Marie, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1952, 194 p.
  •  Hochzeitsglocken oder Der baskische Himmel und Marie, trad. par Jakob Hegner, Frankfurt am Main ; Hamburg : Fischer Bücherei, 1957, 142 p.
  •  Hochzeitsglocken oder Der baskische Himmel und Marie, trad. par Jakob Hegner, Köln : Hegner, 1965, 194 p.


Correspondance avec André Gide

  •  Briefwechsel : 1893 – 1938, trad. par Yvonne Gräfin Kanitz, Hamburg : Dulk ; Stuttgart : Dt. Verl.-Anst., 1951, XXVII-351 p.-6 f. de fac-sim.


Le Crucifix du poète

  •  Das Kreuz des Dichters, trad. par Helmut Bochmann et Rudolf von der Wehd, Graz ; Leipzig ; Wien : Styria, 1937, 123 p.


La Divine douleur

  •  Der göttliche Schmerz, trad. par Max Lorenz, Paderborn : F. Schöningh, 1931, 248 p.


Élégies

  •  Elegien, trad. par Joachim Hubbelsberg, Düsseldorf : Schwann, 1948, 110 p. (édition bilingue)
  •  Die traurigen Schlüsselblumen : 17 Elegien, trad. et ill. par Remigius Netzer, Freiburg im Breisgau ; München : Alber, 1952, 51 p.


Jonquille

  •  Jonquille : Die Geschichte eines jungen, verwirrten Mädchens, trad. et postf. par Edwin Maria Landau, Zürich : Fontana-Verlag, 1956, 55 p. (contient aussi : Frauen-Porträts – Briefe)


Le Livre des Quatrains (extraits)

  •  Das Buch der Vierzeiler, trad. de Hannelise Hinderberger, Bern : Benteli, 1981, 27 p. (édition bilingue)


Ma fille Bernadette

  •  Die kleine Bernhardine, trad. par Georg von der Vring, Hellerau : Jak. Hegner, 1927, 121 p.


Le Mariage basque

  •  Der baskische Himmel, trad. par Jakob Hegner, Hellerau : J. Hegner, 1926, 165 p.
  •  Der baskische Himmel, trad. par Jakob Hegner, Bonn : Buchgemeinde, 1930, 165 p.


Monsieur le curé d’Ozéron

  •  Der Pfarrherr von Ozeron, trad. par Friedrich Burschell, München : Drei Masken Verlag, 1921, 240 p.
  •  Der Pfarrherr von Ozeron, trad. par Friedrich Burschell, Köln ; Olten : Hegner, 1956, 211 p.
  •  Der Pfarrherr von Ozeron, trad. par Friedrich Burschell, Frankfurt am Main : Ullstein Taschenbücher-Verlag, 1959, 197 p.
  •  Der Pfarrherr von Ozeron, Würzburg : Echter, 1978, 207 p.


Le Poète Rustique

  •  Dichter Ländlich, trad. par Claire Goll, Basel ; Leipzig : Rhein-Verlag, 1920, 168 p.


Pomme d’Anis

  •  Röslein oder Der Roman eines leicht hinkenden jungen Mädchens, trad. par Jakob Hegner, Hellerau : Hegner, 1920, 108 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Leipzig : Hegner, 1932, 261 p. (réed. en 1933)
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1948, 238 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Köln : Hegner, 1950, 238 p.
  •  Röslein oder Der Roman eines leicht hinkenden jungen Mädchens, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1951, 96 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Frankfurt am Main ; Hamburg : Fischer Bücherei, 1953, 181p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Köln ; Olten : Hegner, 1954, 114-106-96 p.
  •  In : Der Roman der drei Mädchen, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Buchclub Ex Libris, 1957, 114-106-96 p.
  •  Röslein oder Der Roman eines leicht hinkenden jungen Mädchens, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Sanssouci-Verlag, 1976, 84 p. : ill.


« Prière pour aller au paradis avec les ânes »

  •  Gebet, mit den Eseln ins Himmelreich einzugehen, ill. par Ruth Schefold, Schwäbisch Hall, Brüdergasse 3 : R. Schefold, 1986, 10 f.


Quatorze prières

  •  Die Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, Leipzig : Kurt Wolff, 1913, 24 p.
  •  Die Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, Leipzig : Kurt Wolff, 1917, 41 p.
  •  Die Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, München : Kurt Wolff, 1921, 41 p.
  •  Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, Berlin : Der Neue Geist Verlag, 1948, 48 p.
  •  Die Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, Zürich : Verlag der Arche, 1949, 31 p.
  •  Die Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, Graz ; Wien ; München : Stiasny, 1950, 31 p.
  •  Gebete der Demut, trad. par Ernst Stadler, ill. par Herbert Thiele, Freiburg im Breisgau : Hyperion-Verlag, 1952, 74 p.


Le Roman du Lièvre

  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, Leipzig : K. Wolff, 1916, 75 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, Dresden-Hellerau : Hellerauer Verl, 1918, 99 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, ill. par Richard Seewald, Leipzig : K. Wolff, 1919, 75 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, Olten : Summa-Verlag, 1948, 98 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, : Köln : Hegner, 1950, 98 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, ill. par Richard Seewald, Köln ; Olten : Hegner, 1952, 87 p.
  •  Der Hasenroman und Das Paradies der Tiere, trad. par Jakob Hegner et Emil Alphons Rheinhardt, ill. par. Richard Seewald, Frankfurt am Main : Ullstein Taschenbücher-Verlag, 1958, 187 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, ill. par Richard Seewald, Köln ; Olten : Hegner, 1963, 87 p.
  •  Der Hasenroman, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Sanssouci-Verlag, 1975, 87 p. : ill.
  •  Der Hasenroman und andere berühmte Tiergeschichten, Zürich : Sanssouci, 1987, 141 p. : ill.
  •  Der Hasenroman, trad. par Gerhild Tieger, Berlin : Ed. Tieger, 2009, 95 p.


Le Rosaire au soleil

  •  Der Rosenkranzroman, trad. par Jakob Hegner, Hellerau : J. Hegner, 1929, 206 p.


La Rose à Marie ou Le Mariage de raison

  •  Marie oder Die Geschichte eines jungen Mädchens vom Land, trad. par Jakob Hegner, Hellerau : J. Hegner, 1926, 88 p.
  •  Marie oder Die Geschichte eines jungen Mädchens vom Land, trad. par Jakob Hegner, Köln ; Olten : Hegner, 1957, 62 p.
  •  Marie oder Die Geschichte eines jungen Mädchens vom Land, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Sanssouci, 1981, 63 p.
  •  Marie oder Die Geschichte eines jungen Mädchens vom Land, trad. par Jakob Hegner, Zürich : Sanssouci, 1989, 63 p. : ill.


Solitude peuplée (extraits)

  •  Die Erschaffung der Tiere, éd. par Werner Eichmann, ill. par Renée Sintenis, Zürich : Verlag d. Arche, 1953, 61 p.
  •  Von Blumen und jungen Mädchen, trad. par Rudolf Nikolaus Maier, dessins de Henri Matisse, Zürich : Verlag d. Arche, 1954, 63 p.



ANGLAIS
(Angleterre, États-Unis, Australie)

Le premier traducteur anglais de Jammes n’était pas un spécialiste de la littérature française mais un germaniste émérite. Jethro Bithell, c’est son nom, a composé deux anthologies de poètes de langue française : Contemporary Belgian Poetry en 1911 et Contemporary French Poetry en 1912. L’introduction de cette dernière anthologie va du Parnasse à l’Unanimisme. Parmi les 36 poètes cités, Jammes n’occupe pas moins de 14 pages, élogieuses et intéressantes. Jethro Bithell connaissait l’étude de E. Pilon ainsi que sur l’anthologie de Léautaud et Van Bever de 1908. Il a traduit en vers les 12 poèmes de Jammes qu’il a sélectionnés. Trois lettres du poète à son traducteur sont conservées à l’Université de Leeds. Il faut cependant reconnaître que Jammes, hormis par ce précurseur, n’a guère été traduit en Angleterre, alors que les États-Unis lui ont fait et continuent de lui faire une bon accueil.

 

[Anthologie de poèmes]

  •  Homer had a dog: selections from the poetry of Francis Jammes, trad. par Joy Hausmann, Prairie City, Illinois : Press of J.A. Decker, 1946, 122 p.
  •  Jammes, trad. par Teo Savory, Santa Barbara : Unicorn Press, 1967, 39 p. (édition bilingue)
  •  Selected poems of Francis Jammes, trad. par Barry Gifford et Bettina Dickie, Logan : Utah State University Press, 1976, 97 p. (édition bilingue)
  •  Under the azure, trad. par Janine Canan, Fitzroy, Vic. (Australie) : Littlefox Press, 2010, 194 p.
  • Francis Jammes. On the Life & Work of a Modern Master, trad. par Kathryn Nuernberger and Bruce Whiteman :"The Unsung Master Series", Pleiades Press, University of Central Missouri, 2014.


Clara d’Ellébeuse

  •  Clara d’Ellébeuse, trad. par Antony Oldknow, Portales, New Mexico : Scopcraeft Press, 1992, 68 p.


Élégies et Prières

  •  Prayers and elegies, trad. par William Alwyn, Bakewell : Hub Publications, 1978, 56 p.


La Jeune fille nue

  •  The naked Girl: a poem/play, trad. par Barry Gifford et Bettina Dickie, Berkeley : Workingmans Press, 1977, 24 p.


Ma fille Bernadette

  •  My daughter Bernadette, trad. par Lucy Humphrey Smith, Boston : B. Humphries, 1933, 78 p.


Le Roman du Lièvre

  •  Romance of the rabbit, trad. par Gladys Edgerton, New York : N.L. Brown, 1920, 147 p.

 

Anthony Oldknow a consacré sa thèse (inédite) à la traduction complète, en vers, de De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir : From the Angelus at Dawn to the Angelus at Dusk. A translation from the French of Francis Jammes, University of Dakota, 1983.



NÉERLANDAIS

Daniel Cunin a montré (Cahiers Francis Jammes, n° 2-3, octobre 2014, pp. 105-122) que Francis Jammes avait connu assez tôt une certaine notoriété aux Pays-Bas. En témoignent d'abord l'essai de 1912 puis la monographie que lui consacre l'Anversois Jan van Nijlen : Francis Jammes, Leyde, A. W. Sijthoff, 1918. L'article paru dans Het Vaderland du 3 septembre 1920 ne pouvait qu'élargir le cercle des admirateurs néerlandais. Cet article, remarquable, relate une visite que l'anonyme correspondant du quotidien fit à Jammes. Tout y est, ou presque : le portrait du poète et une très juste présentation de sa poésie, la description d'Orthez et de la campagne environnante mais aussi de l'Hôtel de la Belle hôtesse et de la Maison "Major" (confondue avec la Maison Chrestia), l'évocation de la nombreuse famille, le rappel des origines flamandes de l'épouse née Goedorp et du poème "Amsterdam" (P : Ms 452/20) écrit lors du voyage effectué en mars 1900. Dans les années vingt, plusieurs écrivains flamands, catholiques ou non, ne manqueront pas de citer le poète français. Mais les traductions, au nombre de quatre seulement, ne paraîtront que plus tard, toutes sauf une aux lendemains de la Deuxième Guerre Mondiale.

Le Crucifix du poète

  •  Het crucifix van den dichter, trad. par Jos Nyst, ill. de A.P. Stokhof de Jong, Heiloo : Kinheim, 1947, 85 p.


L’Église habillée de feuilles

  •  Kerk in bladergroen, trad. par Anton van Duinkerken, Utrecht : Spectrum, 1945, 55 p.


Le Roman du Lièvre

  •  De Roman van de haas, trad. par Jean Duprés, Amsterdam : Van Oorschot, 1949, 48 p.


La Vie de Guy de Fontgalland

  • Korte levensschets van Guido de Fontgalland, adapté et augmenté d'une neuvaine par W. de Voort, La Haye : Cedo Nulli, 1931, 28 p.

 



SUÉDOIS

Almaïde d’Étremont

  •  Almaïde d’Etremont och två andra berättelser, trad. par Agnes V. Kraemer, Helsingfors : Lilius och Hertzberg, 1911, XV-209 p.



LANGUES SLAVES


CROATE

Clara d’Ellébeuse

  •  Klara d'Ellébeuse : roman jedne devojke iz starih vremena, trad. par Artur Schneider, Zagreb : [s.n.], 1929, 176 p.

 

LETTON

Trilogie des Jeunes Filles avec quelques poèmes

  • Fransis Žams. Anīsābolīte Anīsābolīte [Francis Jammes. Jeunes Filles avec quelques poèmes], trad. par Dreika Dagnija : XIX-XX Gadsimta Klasiķi, Riga, 2014.



POLONAIS

Janot-Poète

  •  Janko-poeta : powieść, trad. par Janusz Kawecki, Warszawa : [s.n.], 1931, 140 p.


Le Roman du Lièvre

  •  Romans zajaça, trad. par Józef Mirski, préf. de Wacław Damian Moraczewski, Lwów : "Lektor" Instytut Literacki, 1924, 194 p.


Le Poète Rustique

  •  Romans poety, trad. par Janina Łada Walicka, Lwów : ”Nowa Era“, 1922, 126 p.


Pomme d’Anis

  •  Jabłuszko d'Anis czyli Dzieje ułomnego dziewczęcia, trad. par Halina Ostrowska, Poznań : "Ostoja", 1919, 51 p.


Le Bon Dieu chez les enfants

  •  Bóg w serduszkach dzieci : powiastki na tle ośmiu błogosławieństw, trad. par Maria Różańska, ill. par Franc-Nohain, Poznań : Księg. Św. Wojciecha, 1931, 65 p.



RUSSE

Ilya Ehrenbourg (1891-1967) est l’un des premiers écrivains de langue russe à avoir rendu hommage à Francis Jammes. Dans Vus par un écrivain d’U.R.S.S. (Gallimard, 1934, p. 37), il écrit : « C’était en 1913. J’étais alors un poète débutant. Dans mes vers, j’imitais Francis Jammes. Il chantait la fraîcheur des vallées pyrénéennes, les ânes et le simple amour. » Ilya Ehrenbourg (il a vécu à Paris de 1908 à 1917) fit une visite à Orthez en 1913. Il a traduit en russe des poèmes de l’Angélus.

 

[Anthologie de poésie et de prose]

  •  Стихи и проза [Stihi i proza F. Zamma], trad. par Katia Smidt et Ilya Ehrenbourg, Moskva : A.A. Levenson, 1913, 138 p.


Clara d’Ellébeuse

  •  Исторія дѣвушки былыхъ временъ : Клара д'Элебезъ [Istorija děvuški bylych vremen :Klara d'Elebez], trad. par Ilya Ehrenbourg, Berlin : Russischer Universal Verlag, 1922, 63 p.



TCHÈQUE

Dès les années 1880, les grands poètes français sont traduits par Jaroslav Vrchlický. Jammes arrive en Bohême en 1906 avec une première traduction de Clara d’Ellébeuse par Hanuš Jelínek (une deuxième traduction du même roman paraîtra en 1945). Hanuš Jelínek fait précéder sa traduction d’une intéressante présentation du poète qu’il qualifie de « plus original de la troupe des jeunes » (cette note sera reprise en 1946 dans son volume : Podobizny básníků sladké Francie, autrement dit Portraits de poètes de la Douce France). En 1911 paraît une traduction d’Almaïde d’Étremont. En 1915 c’est au tour du Roman du Lièvre d’être traduit. Mais l’attirance pour la poésie française s’accroît à la fin de la Grande Guerre. En 1920, Les Poètes français des temps nouveaux, l’anthologie de Karel Čapek devient l’ouvrage de référence. L’auteur y donne quatre poèmes de Jammes (« C’était affreux » ; « L’Enfant lit l’almanach » ; « Mon humble ami, mon chien fidèle ami » et « Conclusion »). Trois volumes de traductions paraissent en même temps ou juste après : deux traductions de Pomme d’Anis en 1920 et, par Bohuslav Reynek, une deuxième traduction du Roman du Lièvre, illustrée par Josef Čapek, le frère de Karel. Cette traduction se signale un style archaïque directement inspiré de la traduction humaniste de la Bible dite de « Kralice ».

À la veille de la deuxième Guerre mondiale, le poète pragois Jiří Orten décidera de mettre en scène Pomme d’Anis. Beaucoup plus tôt, le 3 novembre 1914, Franz Kafka, écrivain germanophone de nationalité tchèque, aura gravé dans son Journal ces quelques mots dont on ne sait quel texte de Jammes les inspira (Claude Thiébaut a émis plusieurs hypothèses : le vingt-deuxième poème de Clairières dans le Ciel ? Le récit de la visite à Charles de Bordeu dans « Quelques hommes » ?) mais dont perdure la puissance émotionnelle :

Hier soir, mon état d’excessif bonheur [der überglückliche Zustand] après avoir lu quelques lignes de Jammes, avec lequel je n’ai d’habitude rien de commun [mit dem ich sonst nichts eu tun habe], mais dont le français – il s’agissait d’une visite à un poète de ses amis –  a agi très fortement sur moi [so stark auf mich wirkte].

 

 

 

Almaïde d’Étremont

  •  Almaida d'Étremont : čili historie vášnivé dívky, trad. par Frant. Linhart, Praha : F. Adámek, 1911, 56 p.


[Anthologie de poèmes]

  •  Od rána do večera, trad. par Svatopluk Kadlec, Praha : Odeon, 1966, 193 p.
  •  Klekání : výbor z veršů, trad. par Jiří Reynek, Havlíčkův Brod : Petrkov, 2010, 188 p.


Clairières dans le Ciel

  •  Okna do nebe, trad. par Svatopluk Kadlec, Praha : Melantrich, 1936, 175 p.


Clara d’Ellébeuse

  •  Klára d’Ellébeuse : čili historie dívky ze zašlých dob, trad. (en préface) par Hanuš Jelínek, Praha : F. Adámek, 1906, 89 p.
  •  Klára d’Ellébeuse : čili historie dívky ze zašlých dob, trad. par Hanuš Jelínek, ill. de Jan Zrzavý, Praha : Aventinum, 1925, 115 p.
  •  Klára d’Ellébeuse, trad. par Eva Svojířová, ill. de Bohdan Obrovský, Praha : Slovanské nakladatelství Josef Elstner, 1945, 95 p.


Cloches pour deux mariages

  •  Svatební zvony, trad. par Věra Petříková, V Praze : Ladislav Kuncíř, 1927, 87 p.


Ermite (L’)

  • Poustevník, trad. par Bohuslav Reynek, Edice Magnificat Kroměříž, 1941.


Le Livre de Saint Joseph

  •  Kniha o svatém Josefu, trad. par Josef Krlín, Praha : Družstvo přátel studia, 1923, 135 p.


Le Livre des Quatrains

  •  Čtyřverší, trad. par Svatopluk Kadlec, Praha : Václav Pour, 1936, 58 p.


Ma fille Bernadette

  •  Má dcera Bernadetta, trad. par Oldřich Novotný, ill. de Láďa Novák, Praha : Jindřich Skopec, 1916, 98 p.


Monsieur le curé d’Ozéron

  •  Farář ozeronský, trad. par Fr. Odvalil, Praha : Lad. Kuncíř, 1922, 147 p.


Pomme d’Anis

  •  Anýzové Jablíčko, trad. par Beatrice Bresková, Praha : Máj, 1920, 61 p.
  •  Anýzové Jablko, trad. par J.O. Novotný, V Praze : Nakladatelství Aloisa Srdce, 1920, 77 p.


Le Roman du Lièvre

  •  Román zajícův, trad. par Antonín Procházka, Praha : Vilímek, 1915
  •  Román zajícův, trad. par Bohuslav Reynek, ill. de Josef Čapek, Stará Říše na Moravě : Marta Florianová, 1920, 64 p.
  •  Román zajíce, trad. par J.V. Svoboda, V Praze : Jos. Elstner, 1946, 105 p.
  •  Román zajícův, trad. par Jiří Reynek, ill. de Josef Čapek, V Havlíčkově Brodě : Literární čajovna Suzanne Renaud, 2002, 77 p.


Le Rosaire au soleil

  •  Růženec ve slunci, trad. par František Pastor, Praha : Družstvo přátel Studia, 1921, 194 p.


Le Savetier et la jeune fille

  •  Švec a dívka, Svitavy : Trinitas ; Řím : Křesťanská akademie, 1998, 45 p.
  •  Švec a dívka, trad. par Josef Heyduk, Brno : Jan V. Pojer, 1948, 43 p.



SLOVAQUE

Clairières dans le Ciel

  •  Cistiny v nebi : výber z poézie a prózy, trad. par Karol Strmeň, ill. de Viliam Loviška, Bratislava : Petrus, 1999, 169 p. (choix de poésie et de prose)



SLOVÈNE

Monsieur le curé d’Ozéron

  •  Gospod Ozeronski, trad. par Jakob Šolar, Ljubljani : V Jugoslovanska knjigarna, 1932, 184 p.

 


LANGUES FINNO-OUGRIENNES


FINNOIS

La Brebis égarée

  •  Kadonnut lammas, trad. par Eino Kaila, Helsinki : Otava, 1919, 71 p.



HONGROIS

Almaïde d’Étremont

  •  A nyúl regénye : kisregények ; Almaide d'Etremont vagy Egy szenvedélyes fiatal lány története, trad. par Rónay György et Kállay Miklós, Budapest : Révai, 1944, 109 p.
  •  A nyúl regénye : kisregények ; Almaide d'Etremont vagy Egy szenvedélyes fiatal lány története, trad. par Rónay György, Budapest : Fapadoskonyv.hu, 2010, 67 p.
  •  Három különös leány regénye, trad. par Kállay Miklós, Budapest : Genius, 193?, 149 p.


[Anthologie de poèmes]

  •  Válogatott versei, trad. par Dezső Kosztolányi, Budapest : Európa, 1958, 207 p.
  •  Francis Jammes Válogatott versei, trad. par Illyés Gyula et al., Budapest : Móra Kiadó, 1959, 215 p.
  •  Francis Jammes versei, trad. par Illyés Gyula et al., Budapest :Európa, 1984, 157 p.


Clara d’Ellébeuse - Almaïde d’Étremont - Pomme d’Anis

  • Három különös leány regénye, trad. par Kállay Miklós, Budapest : Genius, 1939, 149 p.


Pomme d’Anis

  • Három különös leány regénye, trad. par Kállay Miklós, Budapest : Genius, 193?, 149 p.


Le Roman du Lièvre

  •  A nyúl regénye : kisregények ; Almaide d'Etremont vagy Egy szenvedélyes fiatal lány története, trad. par Rónay György et Kállay Miklós, Budapest : Révai, 1944, 109 p.
  •  A nyúl regénye : kisregények ; Almaide d'Etremont vagy Egy szenvedélyes fiatal lány története, trad. par Rónay György, Budapest : Fapadoskonyv.hu, 2010, 67 p.



LANGUES ROMANES


CATALAN

Le Bon Dieu chez les enfants

  • El Bon Déu entre els infants, trad. par Anna Secanell, ill. par Marie-Madeleine Franc-Nohain, Tàrrega : F. Camps Calmet, 1936, 49 p.

Les Géorgiques chrétiennes

  •  Les Geòrgiques cristianes, trad. par María Antònia Salvá, préface de Josep Mª de Sagarra, Barcelona : « La Revisya », 1918, 150 p.


Le Livre de Saint Jospeh

  •  El Llibre de Sant Josep, trad. par Josep F. Ràfols, Barcelona : Occitània, 1926, 238 p.
  •  El Llibre de Sant Josep, trad. par Josep F. Ràfols, Barcelona : Selecta, 1952, 230 p.


Monsieur le curé d’Ozéron

  •  El Senyor Rector d’Ozeron, trad. par Josep F. Ràfols, Barcelona : Balmes, 1931, 245 p.



ESPAGNOL
(Espagne, Argentine, Chili, Mexique)

Almaïde d’Étremont

  •  Manzana de anís ; Clara de Ellébeuse ; Almaida de Etremont, trad. par Enrique Diez Canedo, Barcelona : E. Domenench, 1909, 280 p.
  •  Almaida de Etremont, Manzana de anís y otros cuentos, choix et trad. de Salvador Novo, México : Cultura, 1922, 120 p.
  •  Manzana de anís ; Clara de Ellébeuse ; Almaida de Etremont, Santiago de Chile : Eds. Ulam, 1936, 190 p.


L’Arc-en-ciel des amours

  •  El Arco iris de los amores, trad. par Sebastián Sánchez Juan, ill. de Juan Palet, Barcelona : Aymá, 1942, 189 p.


Clara d’Ellébeuse

  •  Manzana de anís ; Clara de Ellebeuse ; Almaida de Etremont, trad. par Enrique Diez Canedo, Barcelona : E. Domenench, 1909, 280 p.
  •  Manzana de anís ; Clara de Ellébeuse ; Almaida de Etremont, Santiago de Chile : Eds. Ulam, 1936, 190 p.


Cloches pour deux mariages

  •  Campanas para dos bodas, trad. par A. Pacheco, Buenos Aires : Comisión Argentina de Publicaciones e Intercambio, 1938, 173 p.


De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir

  •  Del toque del alba al toque de oración, trad. par Enrique Díez-Canedo, Madrid : [s.n.], 1920, 245 p.
  •  Del Ángelus de la mañana al Ángelus de la tarde o del toque del alba al toque de oración, trad. par Enrique Díez-Canedo, Granada : Comares, 1992, 205 p.


Le Deuil des Primevères

  •  El luto de las prímulas, trad. par Carlos Pujol, Granada : Comares, 2010, 181 p. (édition bilingue)


La Divine douleur
 - El divino dolor, trad. par Luis Aguirre Prado, Barcelona : Ed. Casulleras, 1956, 205 p.

Monsieur le curé d’Ozéron

  •  El Señor cura de Ozeron, trad. de Andrés Guilmain, Madrid : Saturnino Calleja, 1920, 260 p.
  •  El Señor cura de Ozeron, Buenos Aires : Emecé, 1947, 186 p. : ill.


Les Nuits qui me chantent

  • La Canción de mis noches, préf. et trad. de Maria Victoria Maura, Paris : Flammarion, [s.d.] ; San Sebastián : Nueva Editorial, [imprimeur], 142 p.


Pensée des jardins

  •  Pensamiento de los jardines, trad. par Enrique González Martínez, México : Ediciones Porrúa, 1917, 163 p.


Pomme d’Anis

  •  Manzana de anís, Barcelona : Edit. Maucci, [s.d.], 72 p.
  •  Manzana de anís ; Clara de Ellebeuse ; Almaida de Etremont, trad. par Enrique Diez Canedo, Barcelona : E. Domenench, 1909, 280 p.
  •  Almaida de Etremont, Manzana de anís y otros cuentos, choix et trad. de Salvador Novo, México : Cultura, 1922, 120 p.
  •  Manzana de anís ; Clara de Ellébeuse ; Almaida de Etremont, Santiago de Chile : Eds. Ulam, 1936, 190 p.
  •  Manzana de anís, Buenos Aires : La Barca, 1944, 175 p.
  •  Manzana de anís : historia de tres pasiones femininas, México : Selecta, 1958, 196 p.
  •  Manzana de anís, introd. de Jaime Quezada, Santiago : Nascimento, 1979, 191 p.


« Prière pour aller au paradis avec les ânes »

  •  Oración para ir al cielo con los burritos, trad. de Maria-Elena Walsh, ill. de Jacqueline Duhême, Buenos Aires : Hyspamérica, 1986, 24 p.


Les Robinsons basques

  •  Los Robinsones vascos, ill. par M. Benet, Madrid : Voluntad, 1928, 190 p.
  •  Los Robinsones vascos, Buenos Aires : Espas-Calpe, 1949, 145 p.


Le Rosaire au soleil

  •  Rosario al sol, trad. par Magda Donato, Madrid : Calpe, 1921, 274 p.
  •  Rosario al sol, Buenos Aires : [s.n.], 1938, 177 p.
  •  Rosario al sol, Buenos Aires : Espasa-Calpe Argentina, 1942, 167 p.
  •  Rosario al sol, Buenos Aires : Espasa-Calpe Argentina, 1946, 167 p.
  •  Rosario al sol, Santiago : Zig-Zag, 1946, 144 p.
  •  Rosario al sol, trad. par Magda Donato, Madrid : Espasa-Calpe, 1958, 167 p.



GALICIEN

Quatorze prières

  •  Catorce oracións, trad. par Xulia Rodríguez Guntiñas, A Coruña : Espiral Maior, 1994, 46 p. (édition bilingue)



ITALIEN

 [Anthologie de poèmes]

  •  Poésie, trad. par Guido Gori, introd. par Ivos Margoni, Roma : Bulzoni, 1981, 271 p.


Clairières dans le Ciel

  •  Clairières dans le ciel, trad. par Maria Luisa Spaziani, Palermo : RueBallau, 2008, 77 p.


Le Crucifix du Poète

  •  Il Crocifisso del Poeta ; Preghiera per andare in Paradiso ; Rosario, préf. de Matteo Veronesi, nota de Giancarlo Pontiggia, Milano : Medusa, 2012, 93 p.


De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir

  •  L’Angelus di Jammes : una traduzione e la sua storia, trad. et éd. par Giorgio Luzzi, Forte dei Marmi : Galleria Pegaso, 1996, 95 p.


Le Deuil des Primevères

  •  Il lutto delle primule, trad. de Gilberto Coletto, Reggio Emilia : Citta armoniosa, 1978, 162 p.


L’Église habillée de feuilles

  •  Quattordici preghiere ; La Chiesa vestita di foglie, Firenze : Fussi, 1950
  •  Quattordici preghiere ; La Chiesa vestita di foglie, trad. par Gianni Montagna, Firenze : Sansoni-Fussi, 1956, 131 p.


Monsieur le curé d’Ozéron

  •  Cuori e perle, trad. par Antonio Boni, Mantova : A. Begnozzi, 1921


Notes sur des oasis et sur Alger

  •  Note sulle oasi e su Algeri, trad. par Bruno Conti, Varese : Magenta, 1961, 31 p.


Pomme d’Anis

  •  Pomo d’anice : romanzo breve, trad. par Adolfo Franci, préf. de Mario Speranza, Aquila : Vecchioni, 1929, 99 p.


Quatorze prières

  •  Quattordici preghiere, Milano : Piantanida Valcarenghi, 1923, 46 p.
  •  Quattordici preghiere ; La Chiesa vestita di foglie, Firenze : Fussi, 1950
  •  Quattordici preghiere ; La Chiesa vestita di foglie, trad. par Gianni Montagna, Firenze : Sansoni-Fussi, 1956, 131 p.


Le Rosaire au soleil

  •  Il Rosario al sole : romanzo, trad. par Leopoldo Cassis, préf. de Giuseppe Molteni, Mantova : Soc. Tip. Ed. Mantovana, 1919, XXV-302 p.
  •  Il Rosario al sole : romanzo, trad. par Leopoldo Cassis, Torino : Società editrice internazionale, 1933, VII-275 p.



OCCITAN

Anthologie de poésie et de prose

  • En tot caminar capvath l'òbra de Francis Jammes / Chemin faisant à travers l'œuvre de Francis Jammes, trad. et commenté par Élise Harrer, Orthez, Per Noste, 2016, 111 p.

Le Roman du Lièvre

  •  Lo roman de lebraud, trad. par Joan de Cantalausa, Rodez : Culture d’Oc, 1997, 48 p. : ill.



PORTUGAIS

L’Auberge des douleurs

  •  O albergue das dores, trad. de Mario Quintana, Porto Alegre : Globo, 1945, 187 p. (Contient aussi : Almaïde d'Etremont ; As duas grandes atrizes ; Regresso, Rondo ; Notas sobre algumas arvores ; A ovelha perdida ; Meditacao sobre uma gota de orvalho ; dois fragmentos das meditacoes ; Ramos)



ROUMAIN

[Anthologie de poèmes]

  •  Poezii alese, trad. par Ion Pillat et N.I. Herescu, Bucureşti : Fundaţia Culturală Regală Principele Carol, 1927, 82 p.



AUTRE LANGUE INDO-EUROPEENNE


GREC

[Anthologie de poèmes]

  •  Ποιήματα τοῦ Φράνσις Ζάμ [Poièmata tou Francis Jammes], trad. par Petros A. Dimas, Agrinio : [s.n.], 1957

 

LANGUES ASIATIQUES

 

CHINOIS

C’est après avoir lu les traductions d’Hervey-Saint-Denys (Poésies de l’époque des Tang, 1862) que Francis Jammes comprit que sa poésie (celle des premiers recueils) et la poésie chinoise (recherche d’une sobriété formelle absolue et d’une fusion de l’être au monde élémentaire) suivaient des voies qui n’étaient pas totalement étrangères l’une à l’autre. Il semblerait qu’il ait particulièrement aimé « En passant par le foyer des Ancêtres » de Meng Hao-ran et « Méditation d’automne » de Wang Changlin. Dans la conférence qu’il fit à Bruxelles le 17 mars 1900, il cite  (et il le citera souvent) le poète chinois Khiang-Loung dont il avait lu les aphorismes dans l’anthologie que lui avait offerte André Gide et Marcel Schwob, tous deux frappés, en grands lettrés qu’ils étaient, par des correspondances étonnantes entre la Weltanschauung du premier Jammes et la philosophie taoïste. En retour, Francis Jammes a influencé des poètes comme Dai Wangshu qui traduisit plusieurs poèmes « La Maison serait pleine de roses », « J’aime l’âne si doux », « La salle à manger », « La sève de l’arbre », « Il va neiger », « Prière pour aller au Paradis avec les ânes » et postfaça ses traductions.

Outre le professeur She Zhi-zuang, l’autre grand traducteur de Jammes en chinois, de « Confucius rendait les honneurs… » et d’une vingtaine d’autres poèmes est Shen Bao-ji. Impossible, dans l’état actuel de nos connaissances, de dire le rôle que Paul Claudel, ambassadeur en Chine, put jouer dans les échanges qui eurent lieu entre l’empire orthézien et l’Empire du Milieu.


CORÉEN

Kwangsou Kwak, professeur en Corée du Sud, a publié des traductions qu’il a offertes à l’Association Francis Jammes et qui sont conservées à la maison Chrestia, à Orthez.


JAPONAIS

Les Japonais sont, depuis 1925 (Chemin de la vie. Poésies choisies, par Isamu Inoué) de fervents lecteurs de l’œuvre de Francis Jammes. Ce qu’ils aiment y retrouver, c’est d’abord et surtout, semble-t-il, la nature et la simplicité, deux des caractéristiques les plus prégnantes de la tradition littéraire japonaise. Voilà ce que le Professeur Tamotsu Tanabé avait montré lors de la communication qu’il fit au Colloque d’Orthez-Pau en octobre 1993 : « Affinités entre l’inspiration poétique de Jammes et celle de quelques poètes japonais » (Le Rayonnement international de Francis Jammes, Biarritz, J&D Éditions, 1995, pp. 317-327).

Robert Mallet (Francis Jammes. Sa vie son œuvre, Paris, Mercure de France, 1961, pp. 294-295), avait déjà rapproché les quatre Livres des Quatrains de Jammes des haïkaï japonais. Il rappelait que le poète avait lui-même comparé ses quatrains à des campanules qui, au fort de l’été, « se fondent avec la lumière jusqu’à n’être plus saisies que par les yeux d’un petit nombre » et qu’à la façon d’un Basho, il avait voulu exprimer en quatre vers ce que la préface du premier Livre des Quatrains décrit comme « le drame et la méditation d’une existence toute entière »

En 2012, le professeur Kensaku Kurakata confirmait que le poète d’Orthez était considéré, au Japon, comme un auteur « classique ». Il en donnait pour preuve que deux traductions japonaises de Francis Jammes venaient d’entrer chez Iwanami bunko, la première collection en format de poche fondée au Japon en 1927. Il rappelait le travail du traducteur Shinichi Tezuka, professeur émérite de l’Université Rikkyo. Et il présentait la liste de vingt-sept traductions japonaises de Jammes parues depuis 1925. Elle est reprise ici, telle quelle, avec l’autorisation de son auteur et de Mikaël Lugan, directeur de publication des Cahiers Francis Jammes édités par l’Association Francis Jammes, n° 1, pp. 173-175.


1. 『フランシス・ジヤム詩集』, 前田鐵之助訳, 聚英閣, 「泰西詩人叢書」, 1925年.
Furanshisu Jamu shishû [Poésies de Francis Jammes], tr. Tetsunosuke Maeda, Shûeikaku, coll. « Taisei shijin sôsho », 1925, 184 + 37 p. – Suivies d’une étude sur Francis Jammes par le traducteur. Composée de 18 livraisons, cette collection qui se traduit littéralement « Collection des poètes occidentaux » est aussi hétérogène que charmante.

2. 『聖フランシスと野兎』, 鈴木二郎訳, 名古屋, 一粒社, 1926年.
Sei Furanshisu to nousagi [Saint Francis et le lièvre], tr. Jirô Suzuki, Nagoya, Ichiryûsha, 1926, 78 p. – Extraits du Roman du Lièvre.

3. 『フランシス・ジヤム詩抄』, 堀口大學訳, 第一書房, 1928年.
Furanshisu Jamu shishô [Choix de poésies de Francis Jammes], tr. Daigaku Horiguchi, Daiichi shobô, 1928, 269 p.

4. 『夜の歌』, 三好達治訳, 野田書房, 1936年;岩波文庫, 1938年;新潮文庫, 1951年;人文書院, 1976年.
Yoru no uta [Les Nuits qui me chantent], tr. Tatsuji Miyoshi, Noda shobô, 1936, 137 p. ; Iwanami shoten, coll. « Iwanami bunko », 1938, 92 p. ; Shinchosha, coll. « Shincho bunko », 1951, 92 p. ; Jinbun shoin, 1976, 137 p.

5. 『三人の乙女』, 市原豊太訳, 右文書院, 1941年;角川文庫, 1951年, 人文書院, 1977年.
Sannin no otome [Trois filles (Clara d’Ellébeuse, Almaïde d’Étremont et Pomme d’Anis)], tr. Toyota Ichihara, Yûbun shoin, 1941, 300 p. ; Kadokawa shoten, coll. « Kadokawa bunko », 1951, 204 p. ; Jinbun shoin, 1977, 222 p.

6. 『クララ・デレブウズ』, 市原豊太訳, 鎌倉文庫, 「青春の書」, 1947年.
Kurara Derebûzu [Clara d’Ellébeuse], tr. Toyota Ichihara, Kamakura bunko, 1947, 210 p.

7. 『心の光』, 柏熊達生訳, ドン・ボスコ社, 1948年.
Kokoro no Hikari [Le Rosaire au soleil], tr. Tatsuo Kashiwaguma, Don Bosco sha, 1948, 230 p.

8. 『ジャム詩集』, 堀口大學訳, 新潮文庫, 1951年.
Jamu shishû [Poésies de Jammes], tr. Daigaku Horiguchi, Shinchosha, coll. « Shincho bunko », 1951, 222 p.

9. 『野うさぎ物語』, 安東次男訳, 角川文庫, 1953年.
Nousagi monogatari [Le Roman du Lièvre suivi d’extraits des Notes sur des Oasis et sur Alger et Feuilles dans le vent], tr. Tsuguo Andô, Kadokawa shoten, coll. « Kadokawa bunko », 1953, 114 p.

10. 『ジャム詩集』, 尾崎喜八, 彌生書房, 「世界の詩」, 1965年.
Jamu shishû [Poésies de Jammes], tr. Kihachi Ozaki, Yayoi shobô, 1965, 173 p.

11. 『ジャム詩集』, 倉田清訳, 三笠書房, 「世界の名詩集」, 1967年;改装版(『アンジェラスの鐘』に改題), 1970年;改装版(『ジャム詩集』), 1971年.
Jamu shishû [Poésies de Jammes], tr. Kiyoshi Kurata, Mikasa shobô, 1967, 237 p. ; rééd. en 1971.

12. 『三人の少女』, 田辺保訳, 旺文社文庫, 1967年;改版, 「必読名作シリーズ」, 1990年。
Sannin no shôjo [Trois filles (Clara d’Ellébeuse, Almaïde d’Étremont et Pomme d’Anis)], tr. Tamotsu Tanabe, Ôbunsha, coll. « Ôbunsha bunko », 1967, 268 p. ; nouvelle édition, 1990, 318 p.

13. 『ジャム詩集』, 大岡信訳, 河出書房, 「ポケット版世界の詩人」, 1968年.
Jamu shishû [Poésies de Jammes], tr. Makoto Ôoka, Kawade shobô, coll. « Sekai no shijin », 1968, 221 p.

14. 『桜草の喪』, 手塚伸一訳, 平凡社(中村真一郎訳のクローデル『三声のカンタータ』とともに「世界名詩集」の一巻として), 1969年.
Sakurasô no mo [Le Deuil des Primevères], tr. Shinichi Tezuka, (suivi de La Cantate à trois voix de Paul Claudel, tr. Shinichirô Nakamura), Heibonsha, 1969, 224 p.

15. 『ジャム詩集』, 田辺保訳, 旺文社文庫, 1969年.
Jamu shishû [Poésies de Jammes], tr. Tamotsu Tanabe, Ôbunsha, coll. « Ôbunsha bunko », 1969, 260 p.

16. 『ジャム短編集』, 吉村啓喜訳注, 評論社, 1973年;改装新版, 1988年.
Jamu tanpenshû [Contes choisis de Jammes], édition bilingue, tr. Keiki Yoshimura, Hyôronsha, 1973, 89 p. ; rééd. en 1988. – Le Paradis, Les enfants assistés, La Pipe, Le Tramway, L’Absence, Le Chemin de la vie, Les Deux Grandes Actrices, La Bonté du Bon Dieu, Le Paradis des bêtes, De la Charité envers les bêtes.

17. 『星がひとつほしいとの祈り』, 田辺保訳, サンリオ, 1977年.
Hoshi ga hitotsu hoshii to no inori [Prière pour demander une étoile], tr. Tamotsu Tanabe, Sanrio, 1977, 200 p. – Choix de poésies de Jammes dont une page est reproduite dans l’article de Tanabe (op. cit., p. 316). Sanrio, la compagnie aujourd’hui connue grâce à Hello Kitty, publiait une collection de recueils poétiques illustrés pour les filles dans les années 70 et 80 (Marceline Desbordes-Valmore, Christina Rossetti, Emily Dickinson, etc.).

18. 『ジャム詩集』, 倉田清訳, 朝日出版社, 1980年;改訂版, 1998年.
Furanshisu Jamu shishû [Poésies de Francis Jammes], tr. Kiyoshi Kurata, Asahi shuppansha, 1980, 238 p. ; nouvelle édition, 1998, 239 p.

19. 『放蕩息子の火 フランシス・ジャム詩集』, 猿渡重達訳, 沖積社, 1980年.
Hôtômusuko no hi : Furanshisu Jamu shishû [Le Feu du Prodigue : poésies de Francis Jammes], tr. Shigesato Sawatari, Chûsekisha, 1980, 73 p. – Le Feu du Prodigue et En Dieu.

20. 『フランシス・ジャム全集』, 全3巻, 青土社, 1981年.
Furanshisu Jamu zenshû [Œuvres complètes de Francis Jammes], 3 vol., Seidosha, 1981, 468 p., 330 p., 523 p. – Tome I : De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir (tr. Makoto Ôoka, Hanya Kubota et Shinichi Tezuka), Le Deuil des Primevères (tr. Shinichi Tezuka). Tome II : Clairières dans le Ciel (tr. Kiyoshi Kurata, Tamotsu Tanabe et Shinichi Tezuka), Cantique de Lourdes (tr. Daigaku Horiguchi), Les Nuits qui me chantent (tr. Tatsuji Miyoshi). Tome III : Les Filles (tr. Tamotsu Tanabe), Le Roman du Lièvre (tr. Tsuguo Andô), Cloches pour deux mariages (tr. Shinichi Tezuka).

21. 『メモワール』, 手塚伸一訳, 青土社, 1985年.
Memowâru [Mémoires], tr. Shinichi Tezuka, Seidosha, 1985, 415 p. – De l’Âge divin à l’Âge ingrat ; L’Amour, les Muses et la Chasse ; Les Caprices du Poète.

22. 『野兎物語』, 猿渡重達訳, まほろば書房, 1985年;2011年.
Nousagi monogatari [Le Roman du lièvre], tr. Shigesato Sawatari, Mahoroba shobô, 1985, 67 p.; rééd. en 2011.

23. 『フランシス・ジャム全詩集』, 手塚伸一訳, 青土社, 1992年.
Furanshisu Jamu zenshishû [Poésies complètes de Francis Jammes], tr. Shinichi Tezuka, Seidosha, 1992, 862 p. – De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir, Le Deuil des Primevères, Jean de Noarrieu, Clairières dans le Ciel, Souvenirs d’enfance, Poèmes mesurés, Rayons de miel, Les Géorgiques chrétiennes, La Vierge et les sonnets, Épitaphes, Le Tombeau de Jean de La Fontaine, Quatrains, Ma France poétique, De tout temps à jamais et Sources. Édition limitée à 800 exemplaires.

24. 『桜草の喪 空の晴れ間』, 手塚伸一訳, 平凡社, 「平凡社ライブラリー」, 1994年.
Sakurasô no mo, Sora no harema [Le Deuil des Primevères, Clairières dans le Ciel], tr. Shinichi Tezuka, Heibonsha, coll. « Heibonshâ library », 1994, 451 p.

25. 『三人の乙女たち フランシス・ジャム散文選』, 手塚伸一訳, 青土社, 2000年.
Sannin no otome tachi : Furanshisu Jamu sanbunsen [Trois Filles : Proses choisies de Francis Jammes], tr. Shinichi Tezuka, Seidosha, 2000, 614 p. – Clara d’Ellébeuse, Almaïde d’Étremont, Pomme d’Anis, Le Roman du Lièvre, Contes, Ma fille Bernadette, Le Poète Rustique, Les Nuits qui me chantent, Pipe, chien et Le Patriarche et son troupeau.

26. 『フランシス・ジャム詩集』, 手塚伸一訳, 岩波文庫, 2012年.
Furanshisu Jamu shishû [Poésies de Francis Jammes], tr. Shinichi Tezuka, Iwanami shoten, coll. « Iwanami bunko », 2012, 411 + 10 p.

27. 『三人の乙女たち』, 手塚伸一訳, 岩波文庫, 2012年.
Sannin no otome tachi [Trois Filles (Clara d’Ellébeuse, Almaïde d’Étremont, Pomme d’Anis)], tr. Shinichi Tezuka, Iwanami Shoten, coll. « Iwanami bunko », 2012, 275 p.


 

 

Élise Harrer
Jacques Le Gall