452/51 - Conférence sur Ronsard poète de la nature (1923-1924)

 

 

Manuscrit autographe (33 ff. ; dim : 25 x 20,5), non daté, signé. Le numéro des pages est porté en haut à droite. Pas de page 3 mais une page 29 bis. Encre et crayons divers (noir, bleu, marron). Manuscrit donné par Mme F. Jammes, à Hasparren.



Il s’agit du texte d’une conférence donnée à Paris, probablement à l’Université des Annales. C’est ce manuscrit que Jammes avait en main lorsqu’il donna sa conférence. Le prouvent la qualité du papier, l’écriture très lisible et, surtout, la note au crayon de papier en haut : « Ne tenir aucun compte des traits au crayon. Ils étaient pour la lecture ». Des traits au crayon bleu ponctuent en effet le texte pour en faciliter la lecture. Le conférencier a collé sur les feuillets 13, 18 et 24-25 le texte imprimé et découpé de trois des poèmes de Ronsard qu’il cite.

Cette conférence avait été demandée à Jammes par le comité constitué pour célébrer le quatrième centenaire de la naissance de Ronsard (10 septembre 1524 à Couture en Vendômois, au château de la Possonnière). Le poème liminaire de Boileau-Despréaux et le commentaire qui en est fait montrent que Jammes remplaça au dernier moment Anna de Noailles (« L’incomparable Muse du Cœur innombrable »), partie sur la Côte d’Azur : « On vous promet la Muse elle-même et l’on ne vous produit qu’un poète ». Après cette captatio benevolentiae, le faussement modeste conférencier explique pourquoi il se tient tout de même pour habilité à parler de ce « lakiste » avant l’heure que fut Ronsard.

Les développements qui suivent sont fort intéressants. Certes, le conférencier y parle du poète vendômois. Et de façon on ne peut plus vivante. C’est ainsi qu’il nous le fait voir un jour, à trois heures après midi : dehors, il pleut à verse sur les coudriers du Loir ; sourd, Ronsard n’entend ni le frappement des « vieilles averses » ni le coassement des grenouilles dans la douve du château ; dans sa robe d’hermine, pieds aux landiers, il lit un gros bouquin ; entre « Marie, ou Hélène, ou une autre », qui s’assoit près de lui ; sans refermer le livre, il pose sa main libre sur le genou de son amie et il sourit ; peut-être pense-t-il à Ulysse « errant sur les mers grises », ou peut-être à Hélène, à moins que ce ne soit à quelque combat sur le rempart de Troie. Certes, avec ses mots, Jammes fait le portrait d’un poète divers (abordant tous les genres), savant dans l’art de composer (accord entre les parties et le tout), abondant (plus de cinquante mille vers), adepte, en somme, de la varietas, de la concinnitas et de la copia. Explicitement ou pas, le conférencier note que Ronsard fut tout à la fois un humaniste, « un amoureux d’hellénisme et de latinité », une étoile de première grandeur dans « la Pléiade », un amant lascif, le collaborateur de la Défense et illustration de la langue française, l’introducteur de deux « mètres » nouveaux (les Odes et les Hymnes) dans la poésie française de son temps, l’auteur de La Franciade, un philosophe épris d’amitié, contemporain de Montaigne et La Boétie.

Mais comme à son habitude, Jammes parle aussi beaucoup de lui, à divers âges de sa vie. Il se souvient du Ronsard que son imagination de lycéen visitait parfois. Il n’a pas oublié le poète qu’il emmagasinait, à dix-huit ans, « dans la précieuse bibliothèque de la rue Jean-Jacques-Bel, à Bordeaux ». Il se rappelle que le grand Vendômois l’« avait secrètement enchanté ». Il ajoute cependant qu’il ne put « le lire » que plus tard, au temps où « l’école buissonnière » le sauva du bourrage de crâne entre quatre murs. La vérité de « Ronsard poète de la nature », c’est le jeune chasseur – « Quelle éclatante revanche ! » –  qui la découvrit, « dans la plaine de Pau, entre Assat et la châtaigneraie d’Angaïs », un jour, « à l’heure où la menthe parfume le lever de l’aurore », quand l’Alouette, à tire d’aile, secoue la rosée et renouvelle le Printemps. « Donc, à partir de cette époque où je me plonge définitivement dans la nature, je rencontre Ronsard à chaque pas » : dans le parc royal de Pau où les amoureux ont gravé des serments sur le tronc des hêtres et des ormeaux, en pêchant l’anguille sous la « feuille amertumée de l’aulne – ou coudrier », partout pour peu que ce soit en plein air.

Dans sa promenade, Jammes met ses pas dans les pas du « maître vendômois » qui lui-même prolongeait la « ligne continue » qui va d’Hésiode à Bernardin de Saint-Pierre en passant par Théocrite, Virgile et La Fontaine (sans parler des élégiaques latins). L’important – c’est bien ce que signifiait un titre comme L’Amour, les Muses et la Chasse – c’est de pouvoir communiquer avec les Muses, car il n’y a pas de poésie sans inspiration. Pour être poète, il faut avoir « le don, ce que les Japonais appellent la révélation de la nature ». Les « démonteurs de génie » sont une engeance qu’il faut fuir. « Le génie est de voir et puis de faire voir » en ne se fiant qu’à « la vision directe » de la nature. « Le Génie est d’entendre et puis de faire entendre » en jouant, par exemple, sur le rythme : c’est ainsi que pour faire entendre « sa cigale immortelle », Jean de La Fontaine intercale « dans un ensemble d’heptamètres » une coupure de trois syllabes « qui imite le ralentissement de la crécelle de l’insecte, au fort de l’août, lorsque le voyageur inquiète la chanteuse » :

La cigale ayant chanté
    Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine […]   

 

Il ne reste plus au conférencier qu’à produire une preuve qu’il a bien assimilé la leçon de « Ronsard poète de la nature ». Ce seront les douze distiques de ses Géorgiques chrétiennes qu’il recopie aux pages 30 et 31 du manuscrit.



 

La conférence se termine sur une longue série anaphorique. Ainsi que dans Arcane 17 d’André Breton, elle postule « L’éternité […] comme nulle part ailleurs appréhendée dans l’instant même » :


Tant que le ciel et la terre raconteront la gloire du Créateur ;
Tant que rira la jeune aurore dans ses voiles émus par la brise ; tant que, soucieux, le crépuscule étendra sa grande ligne ;
Tant que le soleil fera luire les blés, crier les grillons, étinceler les poissons d’argent, palpiter l’azur sur les galets des rivières ;
Tant que la lune versera sa tremblante sérénité sur le front de Roméo qui craint qu’aux sanglots du rossignol ne succède le chant de l’alouette ;
Tant que les feux des pâtres s’allumeront dans la mélancolie de la vallée ;
Tant que la pâleur de la nuit nous fera songer à l’apaisement de la mort ;
Tant que les rosées recouvriront de leurs brillantes poussières les lourds raisins noirs ;
Tant que les lièvres bondiront dans la neige en éparpillant des flocons autour d’eux ;
Tant que la foudre retentira dans les combes parfumées de buis ;
Tant que l’arc-en-ciel rira aux pommiers éblouissants sous la grêle de mars ;
Tant que l’océan basculera ;
Tant que le fleuve mirera les châteaux et la rivière la cabane ;
Tant que le gui offrira ses perles aux fiancés dont les baisers feront éclore l’espérance ;
Tant que les troupeaux de mon pays feront bouger doucement la montagne ;
Tant que la rose sera française ;
Tant que le laurier verdira :
Ronsard vivra !

 

Sans doute le portrait que le conférencier fait de son illustre prédécesseur ressemble-t-il parfois à un plaidoyer pro domo. Les figures allégoriques ou intellectuelles abondent dans la plupart des poèmes de Ronsard. Il arrive souvent qu’elles fassent écran à la fraîcheur des sensations et la nature y apparaît alors sous un déguisement mythologique fort éloigné de la « vision directe » revendiquée par le poète d’Orthez. Mais le débordement de sève, l’élan vital n’en demeurent pas moins chez le Vendômois et c’est ce que salue Francis Jammes. D’autant qu’avec l’auteur des Amours, il partageait une conception « haute » de la poésie : le poète est un inspiré qui en reconstruisant le monde avec des mots, participe du secret de la puissance divine.

Le texte de la conférence « Ronsard poète de la nature » a été publié par la Revue de Paris le 1er juin 1924, puis dans Solitude peuplée, ouvrage posthume (pp. 121-146). Son manuscrit est à comparer avec les 29 ff. du Ms R2 conservé à Orthez (1924).

La lettre jointe, datée du 21 décembre 1923, peut avoir été adressée à Jacques Bernard, secrétaire du Mercure de France.

 

Jacques Le Gall