Ms152 - Le Bon Dieu chez les enfants (1919)

 

 

Manuscrit autographe (34 ff. ; dim : 20 x 30. 3 ff. aux dimensions diverses), signé, daté (à plusieurs reprises) de 1919 (la lettre du 1er octobre 1919 à Arthur Fontaine montre que Jammes a commencé à écrire ce texte en septembre 1919). Encre et crayon bleu pour un titre (« La Foi »). Il s’agit d’un manuscrit de travail (en témoigne en particulier une « fin remaniée »), passablement raturé (une page est même entièrement biffée). Il est complet à l’exclusion des versets de saint Matthieu qu’illustreront les huit béatitudes dans la version imprimée et, déjà, dans le manuscrit du même texte conservé à Pau sous la cote Ms 447. Acquisition Forlico, février 1996.

Destiné à instruire des enfants, les siens (dont les prénoms apparaissent) et tous les autres, Le Bon Dieu chez les enfants propose des variations sur les huit béatitudes et sur les trois vertus théologales que sont la Foi, l’Espérance et la Charité. L’ordre des onze parties du manuscrit orthézien (chacune de ces parties est contenue dans une enveloppe-titre) est le suivant : béatitudes 4 à 8, la Foi, l’Espérance, la Charité, béatitudes 1 à 3. L’ordre logique est rétabli ci-dessous.


Manuscrit des Béatitudes 1, 2, 3

  • Première béatitude : histoire de Jeanne. Cette enfant riche (elle habite « au bord de la mer bleue un château blanc ») choisit la pauvreté d’une vie religieuse.
  • Deuxième béatitude : histoire d’Ursule, neuf ans. Douce et bonne elle est celle qui pardonne.
  • Troisième béatitude : histoire de Raoul (ce prénom remplace Jean, biffé) et de Louis. Le premier, contrairement au second, semble promis à tous les bonheurs. Pourtant, à l’inverse de Louis, Raoul sera d’autant plus malheureux qu’il n’a jamais su pleurer.
 

Manuscrit des Béatitudes 4, 5, 6, 7, 8

  • Quatrième béatitude : histoire d’Antoinette. Elle illustre, inspirée par un crucifix d’ivoire, la faim et la soif de donner. C’est ici que se trouve la « fin remaniée ».
  • Cinquième béatitude : histoire de Raymond : « Raymond était mauvais mais il était bon... ».
  • Sixième béatitude : histoire d’Antoinette. C’est la seconde fois que ce prénom – celui d’une jeune fille que Francis Jammes aima – est convoqué, ici sur le thème de la pureté.
  • Septième béatitude : histoire de Pierre, douze ans. Pierre accepte d’être battu pour éviter que son grand-père ne le soit.
  • Huitième béatitude : histoire d’Annette. Sur la souffrance et sa fonction cathartique.
 

Manuscrit des trois vertus théologales.

  • « La Foi » : Histoire d’Emmanuelle, dix ans. Manuscrit signé.
  • « L’Espérance » : Histoire de Françoise, sept ans. Manuscrit signé.
  • « La Charité » : Histoire de Paul et Marie, le frère et la sœur. Manuscrit signé et daté 1919. La troisième page de cette partie du manuscrit est entièrement biffée.

 

Première publication de Le Bon Dieu chez les enfants à la Librairie Plon en 1920, à Paris, avec 12 planches hors-texte en couleurs et 20 illustrations en noir de Marie-Madeleine Franc-Nohain. Deuxième publication à peine un peu plus tardive aux Éditions de l’Apostolat et de la Prière, à Toulouse. Les illustrations de Marie-Madeleine Franc-Nohain ont aussi été reprises dans les traductions en polonais de 1931 et en catalan de 1936.

Un autre manuscrit de Le Bon Dieu chez les enfants est conservé à Pau sous la cote Ms 447 : paginé de 1 à 44, sans ratures, pourvu des versets de Saint Matthieu, il est d’évidence postérieur au manuscrit orthézien qu’il complète.

 

Illustrations de Madeleine Franc-Nohain pour Le Bon Dieu chez les enfants ; Paris : Plon, cop. 1920
Médiathèque A. Labarrère, cote 41842R

 

 

Jacques Le Gall