Ms153 - Conférence du 26 octobre 1937

 

 

Manuscrit photocopié (11 ff. numérotés de 1 à 11 ; dim : 29,5 x 21 et 7 ff. de A à G ; dim : 29,5 x 21), non signé, non daté. La seconde partie, écrite au crayon bleu, surchargée à l’encre, n’a pas été numérisée. Seuls sont présentés ici les 11 premiers feuillets, précédés du tapuscrit de l’introduction, sans doute réalisé par Bernadette Jammes.





Âgé de 69 ans, fatigué, Francis Jammes hésita à se rendre une nouvelle fois (ce sera la dernière) à Paris (qu’il n’aimait pas) pour y donner une conférence. Une note du 16 octobre 1937, bien dans le ton des Airs du mois qu’il confiait à La Nouvelle revue française, confirme que l’auteur du très autobiographique Roman du Lièvre (P : Ms 438) n’accepta que sous la pression de plusieurs de ses amis :



O : Ms 214. Les Airs du mois. Note du 16 octobre 1937 en haut

16 octobre. – Me voici donc embarqué dans cette galère de conférence pour les Champs-Élysées. Et il y aura un supplément, un débat poétique, huit jours après. Des amis m’ont pressé d’accepter ces corvées, mais je suis aussi angoissé qu’un lièvre le serait s’il pouvait comprendre qu’on veut le lâcher dans un salon. Je me réserverai un terrier. Buffon assure que les lièvres de Saint-Étienne de Baïgorry en creusent.

Cette conférence fut donnée dans le cadre des mardis littéraires de l’Exposition Universelle de 1937. À la tribune du Théâtre des Champs-Élysées (la salle de la Comédie du même nom s’était avérée trop petite), le vieux poète était encadré de Paul Claudel qui venait d’écrire sur son ami un fort article dans Le Figaro du 23 octobre et de François Mauriac qu’une note des Airs du mois du 11 octobre présente ainsi :


O : Ms 214. Les Airs du mois.
Note du 11 octobre 1937 au centre.

11 octobre. – François Mauriac présidera la conférence que je donnerai le 26 octobre à la Comédie des Champs-Élysées. Le cœur le plus tourmenté, mais peut-être le plus droit que je sache – Mauriac, dis-je.

 

La conférence remporta un énorme succès auprès du nombreux public et aussi des amis venus eux aussi en nombre : en témoigneraient, parmi d’autres, l’article que Gérard d’Houville fit paraître dans la Revue des Deux Mondes du 15 novembre 1937, ou celui d’Henri Ghéon pour l’hommage collectif publié dans La Phalange un an plus tard, juste après la mort du conférencier : « L’accueil triomphal que lui fit Paris, à l’automne 1937, illumina ses derniers mois. Je l’y rencontrai accablé de gloire, prévoyant peut-être sa fin. ». Dès le 26 octobre, Francis Jammes notera en effet dans ses Airs du mois que sa conférence lui avait valu « une renaissance poétique » qui le délivrait « de l’injustice ». Le Ms 214 conservé à Orthez donne un premier jet de cette note que le Patriarche peaufinera encore pour La Nouvelle revue française :


O : Ms 214.
Premier jet de la note du 26 octobre 1937 pour Les Airs du mois.

26 octobre. – Et tout Paris vient au-devant de moi, le Ministre de l’Éducation nationale en tête. Le Théâtre des Champs-Élysées est comble. Mauriac m’adresse des mots ineffables qui sont d’un fils spirituel très aimant et très aimé. Paul Claudel, qui, avec lui, m’encadre, arbore sur son visage dressé comme une proue, face à des flots humains, la confiance aveugle et la joie débordante.
    Je ressens à l’avance que la victoire est gagnée, et que cette foule de trois mille auditeurs, recueillie dans un silence où l’on entendrait une mouche voler, n’attendait que cette journée pour pousser le cri qui me délivre de l’injustice.
    J’ai rompu le barrage et c’est un triomphe éclatant que je n’attendais que dans deux ans, peut-être après ma mort. Les applaudissements crépitent largement comme la grande averse de l’été sur les dômes des bois lorsque je m’étendais fatigué entre mon chien et mon fusil.
    Voici une renaissance poétique. Je suis encerclé dans une farandole de mains tendues vers moi. une double haie de jeunes gens acclame encore dans la rue ce vieux routier qui tient à la main une rose sans défaut, qu’une enfant inconnue vient lui tendre.


Version définitive (et posthume) parue dans
Le Patriarche et son troupeau, Les Airs du mois, pp.191-192

Tel qu’il apparaît dans O : Ms 153, soit parce qu’il s’agit d’une esquisse, soit parce que Jammes a voulu laissé libre cours à sa verve improvisatrice, le texte de la conférence du 26 octobre 1937 n’est que partiellement rédigé. Il a été publié pour la première fois dans le Bulletin de l’Association Francis Jammes, n° 25, juin 1997, pp. 79-87. Intitulé « Mon œuvre et ma vie », il débute par un long « prélude ».

Le conférencier annonce d’abord qu’il va rejeter « ce pensum qu’est une conférence » pour lui substituer un concert « de pure poésie » (sinon de « poésie pure »). Il prend tout de suite le pari que son œuvre, méconnue quoiqu’elle compte déjà un demi-siècle, pourrait bien être redécouverte et paraître neuve : « La grande poésie habite les tombeaux car il faut qu’elle ressuscite ». Le génie, et Jammes va citer deux de ses Quatrains, résiste aux modes qui passent : « Il demeure immobile au milieu du néant ». S’il s’inscrit contre le néant, c’est qu’il porte la frappe de « la beauté éternelle » : « Le génie est de voir et puis de faire voir […] Le génie est d’entendre et puis de faire entendre ». Le conférencier ne parlera pas non plus de la « méthode de travail » du poète, et ce pour une bonne raison : « Je n’en ai point. Je ne sais pas comment naît l’inspiration. Si loin que je remonte dans mes souvenirs, je me sens pris par son souffle », un souffle « physique » : celui, par exemple, dont l’auteur d’Un Jour (O : Ms 218) fut envahi en août 1895. La seule chose que puisse dire le conférencier, c’est que son art de poète a tendu à la simplicité et au dépouillement. Pour clore ce prélude, le plan de ce qui va suivre est annoncé : « cinq rapides regards » seront « jetés sur les étapes d’une vie qui n’a rien que de très ordinaire ». Illustrées par des poèmes brièvement commentés, ces cinq étapes seront l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, l’âge mûr, la vieillesse.

  • L’enfance : « Je suis né en 1868 à Tournay par une nuit de neige et du côté de la neige. » Ici, commence le texte au crayon bleu et sa transcription par Bernadette Jammes. Poèmes lus : « Oh ! ce parfum d’enfance… » [De l’Angélus de l’Aube à l’Angélus du Soir, OPC, p. 137], « Et j’ai songé à toi,… » [Le Deuil des Primevères, troisième partie de l’« Élégie seconde », OPC, pp. 246-248], « Les Feux du village natal » [Feux, OPC, p.1196]
  • L’adolescence : « 16-17 ans naissance de l’Amour. Bordeaux la vieille maison. Méditation [illisible]. Retour au Béarn. Vieux domaines d’où naîtront mes Lièvres, Clara d’Ellébeuse, Almaïde d’Etremont, Pomme d’Anis ». Poème lu : « Source de Dufaur » [« Source Troisième », OPC, pp. 1153-1156].
  • La jeunesse : « à vingt ans je retourne à la maison Jammes d’Orthez, mon père étant mort ». « Un Jour – Clarté d’Amour – Tonnelle d’Abos ». Poème lu : « Le Feu des Anciens » [Feux, OPC, pp. 1199-1202].
  • L’âge mûr : « La soif d’absolu ». « Je venais d’écrire Jean de Noarrieu dans un grand frémissement de paganisme. Soudain je ressentis la peur de ne plus être et je poussais un cri vers Dieu qui m’investissait ». Poèmes lus : un fragment de Triomphe de la vie, à savoir le retour des troupeaux dans Jean de Noarrieu [OPC, pp. 396-397] et « David, tu t’éveillais… » [Clairières dans le Ciel, OPC, p. 595].
  • La vieillesse : le pèlerin, appuyé sur son bâton, « par la Vertu de Dieu », a marché vers son « exil ». Ses Géorgiques chrétiennes et « tant de poèmes ensuite », un « clan les a ex-communiés ». Sa rosée, « un Tribunal vertueux et comique de gendelettres » (et  Anna de Noailles est ici clairement visée) lui a « reproché qu’elle fût bénie de Dieu ». Qu’importe : « Mais me voici devant toi ô ma jeunesse qui me reprends et qui me reviens je le sais ». Dernier poème lu : fragment d’« Ursuya » [« Source Dixième », OPC, pp. 1179-1182].


Après sa conférence du 26 octobre, ainsi que le confirmeraient, respectivement, les Airs du mois des 1er, 3 et 4 novembre, Francis Jammes fut invité chez Darius et Madeleine Milhaud, chez Paul-Louis Weiller et Aliki sa seconde épouse, chez Arthur FontaineJean Labbé, qui les savait toutes par cœur, récita plusieurs « Sources » (« Aucune peur du ridicule. Il séduit tout le monde »).


Carton d’invitation, par Madame Jean-Arthur Fontaine, pour le 4 novembre [1937]

 

Ces réceptions successives et parisiennes n’empêchèrent pas Jammes de regagner au plus vite son terrier basque. Datée du 6 novembre, une note des Airs du mois montre qu’en dépit de son triomphe, le conférencier-poète n’avait pas perdu tout sens de l’humour :



O : Ms 214. Les Airs du mois. Note du 6 novembre en bas.

6 novembre – Je m’aperçois que j’ai crevé de faim tout le temps que j’ai demeuré à Paris, et cela malgré la somptuosité des repas auxquels on me conviait. La raison ? Si j’étais Gabriele d’Annunzio, je vous répondrais que des sirènes m’interrogeaient sans cesse à table, ne me laissant même pas le temps de refermer la bouche ou de la rouvrir. 




Fonds de l’Association Francis Jammes

Jammes entre Mauriac et Claudel lors de la conférence du 26 octobre 1937
(Fonds de l’Association Francis Jammes)

 

Jacques Le Gall