CLAVAUD, Armand (1828-1890)

 

Portrait de Charles de BordeuNé à Blanzac (Charente) le 10 avril 1828. Professeur de botanique à Bordeaux à partir de 1874. A dessiné pour son cours une centaine de grandes planches remarquables. Conservateur de la bibliothèque municipale botanique créée au Jardin des Plantes de Bordeaux. Membre de la Société Linnéenne de Bordeaux. A publié les deux premiers fascicules d’une Flore de la Gironde avec planches dessinées par lui. A également publié De la fécondation dans les végétaux supérieurs (Hachette, 1868) et de nombreux mémoires (par exemple, en 1865, « Le Nitella stelligera » des Auteurs) dans des revues de Sociétés botaniques.

Francis Jammes a rencontré Armand Clavaud pendant l’année 1883-1884. En sus de connaissances botaniques approfondies et d’une chatte « excentrique » mais « ravissante », Jammes lui doit la découverte des pastels d’Odilon Redon. C’est dans la mansarde d’Armand Clavaud, rue Rochambeau, que le jeune poète a composé quelques-uns de ses premiers vers. C’est à ce botaniste inspiré, ainsi qu’à Charles Lacoste, et à ses « vieux amis » non nommés, qu’il a dédié son carnet Moi. Pour le feuilleter, cliquez sur le titre !

Feuilleter le carnet MOI
Dans L’Amour, les Muses et la Chasse (pp. 25-26), le mémorialiste a brossé le portrait de ce maître vénéré :

Je le revois : sa tête semblait avoir subi latéralement la pression du cartable à herbier, son front fuyait un peu, son nez aussi d’où descendait une épaisse moustache à la Nietzsche. La mâchoire saillait, volontaire. Les yeux étaient bridés, d’un noir d’encre de Chine, glissant continuellement de gauche à droite et de droite à gauche, tandis qu’il s’exprimait avec une inouïe volubilité. Sa parole était passionnante autant que passionnée, qu’il traitât de l’évolution des ronces, qui l’a beaucoup occupé, du guignol oriental, des chansons de geste, du sens de la nature chez George Sand ou des lithographies d’Odilon Redon, qui fut son ami de jeunesse.

 

 
Le mémorialiste a aussi rapporté plusieurs épisodes savoureux de la vie de « ce génie inspiré des fleurs » : la découverte d’une première flore par ce « fils d’un pauvre gendarme » (p. 24) ; ses cours bi-hebdomadaires, frémissants et passionnants, devant l’auditoire éclectique et restreint du Muséum de Bordeaux ; les herborisations qu’il dirigeait sur les rives de la Garonne et parmi les coteaux de Verdelais ou de Cenon ; le fiasco de son idylle avec une « jeune nymphe » (p. 29) de ses élèves ; l’acquisition d’un tableau que Lacoste, l’« ami fraternel » (p. 32), lui offrit…

De son adolescence à sa mort, Francis Jammes vouera toujours l’estime la plus vive à Armand Clavaud, son aîné de quarante ans :

 

Je n’ai pas connu d’homme plus intelligent,
plus original que mon maître Armand Clavaud.

(L’Amour, les Muses et la Chasse, p. 25)

 

Jacques Le Gall